Contre la cécité, un traitement trente fois moins cher

, par  Julien Jeffredo

Le coût d’un médicament n’a pas forcément de lien avec son efficacité. C’est ce que prouve une étude britannique : l’Avastin, trente fois moins cher que le Lucentis, est tout aussi efficace pour lutter contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), principale cause de cécité.

Une enquête menée à la demande des autorités sanitaires britanniques a été lancée il y a quatre ans. Elle a comparé l’efficacité du Lucentis (ranibizumab) et celle de l’Avastin (bévacizumab) sur un panel de 610 patients touchés par la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Les résultats sont totalement identiques. Non seulement ils ont le même intérêt thérapeutique mais, en outre, l’Avastin ne présente pas davantage d’effets secondaires que le Lucentis.

En France, pourtant, ces deux médicaments ne subissent pas le même traitement de la part des autorités sanitaires. Contrairement au Lucentis, l’Avastin n’a pas obtenu d’autorisation de mise sur le marché (AMM).

De 30 à 1 200 euros pour la même efficacité

C’est surtout dans leur coût que ces médicaments montrent une réelle différence. Tous deux sont administrés de la même façon : une injection mensuelle dans l’œil. Seulement, le Lucentis est vendu environ 1 200 euros la dose, tandis que celle de l’Avastin ne coûte, approximativement, que 30 euros. Et cette différence de prix n’est pas sans conséquence pour l’Assurance maladie : avec plus de 131 187 000 euros de remboursements, en 2009, le Lucentis est l’un des médicaments qui pèsent le plus sur ses finances.

Sources
- Etude « Ranibizumab versus Bevacizumab to treat Neovascular Age-Related Macular Degeneration : One year findings from the IVAN randomized trial », à paraître dans la revue Ophtalmology.

- « Médicaments remboursés par le régime général au cours des années 2004 à 2009 (régime général - hors sections locales mutualistes - métropole) », disponible sur Ameli.fr.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS