Contre la cécité, un traitement trente fois moins cher

, par  Julien Jeffredo

Le coût d’un médicament n’a pas forcément de lien avec son efficacité. C’est ce que prouve une étude britannique : l’Avastin, trente fois moins cher que le Lucentis, est tout aussi efficace pour lutter contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), principale cause de cécité.

Une enquête menée à la demande des autorités sanitaires britanniques a été lancée il y a quatre ans. Elle a comparé l’efficacité du Lucentis (ranibizumab) et celle de l’Avastin (bévacizumab) sur un panel de 610 patients touchés par la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Les résultats sont totalement identiques. Non seulement ils ont le même intérêt thérapeutique mais, en outre, l’Avastin ne présente pas davantage d’effets secondaires que le Lucentis.

En France, pourtant, ces deux médicaments ne subissent pas le même traitement de la part des autorités sanitaires. Contrairement au Lucentis, l’Avastin n’a pas obtenu d’autorisation de mise sur le marché (AMM).

De 30 à 1 200 euros pour la même efficacité

C’est surtout dans leur coût que ces médicaments montrent une réelle différence. Tous deux sont administrés de la même façon : une injection mensuelle dans l’œil. Seulement, le Lucentis est vendu environ 1 200 euros la dose, tandis que celle de l’Avastin ne coûte, approximativement, que 30 euros. Et cette différence de prix n’est pas sans conséquence pour l’Assurance maladie : avec plus de 131 187 000 euros de remboursements, en 2009, le Lucentis est l’un des médicaments qui pèsent le plus sur ses finances.

Sources
- Etude « Ranibizumab versus Bevacizumab to treat Neovascular Age-Related Macular Degeneration : One year findings from the IVAN randomized trial », à paraître dans la revue Ophtalmology.

- « Médicaments remboursés par le régime général au cours des années 2004 à 2009 (régime général - hors sections locales mutualistes - métropole) », disponible sur Ameli.fr.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)