Contraception d’urgence : cinq jours pour agir

, par  Julien Jeffredo

La contraception d’urgence reste encore méconnue des Françaises et en particulier des jeunes femmes, qui sont pourtant plus fortement concernées par les grossesses non désirées. Elles ont toutefois jusqu’à cinq jours, après un rapport non protégé, pour avoir recours à un contraceptif d’urgence.

En 2010, près d’une femme sur deux âgées de 18 à 24 ans a connu une grossesse non désirée. L’explication réside très certainement dans le fait d’un recours insuffisant à la contraception d’urgence. Quel que soit leur âge, les femmes méconnaissent l’existence de ces produits et surtout les délais pour en bénéficier. C’est ce que révèle l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (INPES) à l’occasion de sa campagne d’information.

Soixante-douze heures pour y avoir recours gratuitement

La contraception d’urgence est souvent appelée « pilule du lendemain » injustement, cela induit les femmes en erreur. Ainsi, 63 % d’entre elles pensent qu’il faut y avoir recours dans les vingt-quatre heures suivant un rapport non protégé. En réalité, selon la méthode utilisée, le délai peut courir jusqu’à cinq jours.
Dans les soixante-douze heures qui suivent le rapport non protégé, elles peuvent obtenir un moyen de contraception d’urgence sans ordonnance. Les mineures en bénéficient gratuitement et dans l’anonymat si elles le souhaitent. Passé ce terme et avant cent vingt heures (cinq jours), les femmes qui demandent à utiliser un contraceptif d’urgence doivent consulter un médecin qui le leur prescrira.

Sensibiliser les jeunes

Cette campagne d’information s’adresse en particulier aux femmes de 18 à 24 ans. Seules 12,5 % d’entre elles en effet ont utilisé un contraceptif d’urgence dans les douze derniers mois. Par conséquent, en intervenant plus tardivement, elles ont davantage recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Chaque année, en France, les 18-24 ans représentent un tiers des femmes qui demandent une IVG.

Source
- « Contraception d’urgence : jusqu’à cinq jours pour éviter une grossesse non désirée », communiqué de presse de l’INPES, du 19 juin 2012.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS