Contraception d’urgence : cinq jours pour agir

, par  Julien Jeffredo

La contraception d’urgence reste encore méconnue des Françaises et en particulier des jeunes femmes, qui sont pourtant plus fortement concernées par les grossesses non désirées. Elles ont toutefois jusqu’à cinq jours, après un rapport non protégé, pour avoir recours à un contraceptif d’urgence.

En 2010, près d’une femme sur deux âgées de 18 à 24 ans a connu une grossesse non désirée. L’explication réside très certainement dans le fait d’un recours insuffisant à la contraception d’urgence. Quel que soit leur âge, les femmes méconnaissent l’existence de ces produits et surtout les délais pour en bénéficier. C’est ce que révèle l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (INPES) à l’occasion de sa campagne d’information.

Soixante-douze heures pour y avoir recours gratuitement

La contraception d’urgence est souvent appelée « pilule du lendemain » injustement, cela induit les femmes en erreur. Ainsi, 63 % d’entre elles pensent qu’il faut y avoir recours dans les vingt-quatre heures suivant un rapport non protégé. En réalité, selon la méthode utilisée, le délai peut courir jusqu’à cinq jours.
Dans les soixante-douze heures qui suivent le rapport non protégé, elles peuvent obtenir un moyen de contraception d’urgence sans ordonnance. Les mineures en bénéficient gratuitement et dans l’anonymat si elles le souhaitent. Passé ce terme et avant cent vingt heures (cinq jours), les femmes qui demandent à utiliser un contraceptif d’urgence doivent consulter un médecin qui le leur prescrira.

Sensibiliser les jeunes

Cette campagne d’information s’adresse en particulier aux femmes de 18 à 24 ans. Seules 12,5 % d’entre elles en effet ont utilisé un contraceptif d’urgence dans les douze derniers mois. Par conséquent, en intervenant plus tardivement, elles ont davantage recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Chaque année, en France, les 18-24 ans représentent un tiers des femmes qui demandent une IVG.

Source
- « Contraception d’urgence : jusqu’à cinq jours pour éviter une grossesse non désirée », communiqué de presse de l’INPES, du 19 juin 2012.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS