Comment devient-on donneur ?

, par  Delphine Delarue

- Le don d’organes post mortem*.
La seule chose à faire est d’en parler autour de soi. En France, seules les personnes qui ne souhaitent pas que leurs organes soient prélevés après leur mort doivent s’inscrire sur un registre des refus (téléchargeable sur Dondorganes.fr). Lorsqu’une personne décède, si toutes les conditions de prélèvement sont réunies, l’équipe médicale commence par consulter le fichier des refus. Si le défunt n’y figure pas, les médecins interrogent ses proches. Il n’y a pas de limite d’âge pour donner ses organes et la maladie ne constitue pas un obstacle a priori.
- Le don d’organes de son vivant*.
Le don du vivant concerne essentiellement l’un des deux reins et ne peut bénéficier qu’à un malade de son proche cercle familial. Le donneur peut être un parent, un frère, une sœur, un grand-parent, un oncle, une tante, un cousin germain, un époux ou toute personne vivant depuis au moins deux ans avec le malade. Avant l’opération, le candidat subit des examens médicaux destinés à vérifier son état de santé et sa compatibilité avec le receveur. Un comité d’experts s’assure ensuite qu’il est bien informé des risques et qu’il n’a pas été influencé.
- Le don de moelle osseuse*.
La greffe de moelle osseuse n’est possible qu’entre un malade et un donneur aux caractéristiques biologiques très proches. Quand la fratrie n’est pas compatible, l’équipe médicale consulte le fichier des donneurs bénévoles de moelle osseuse. Pour y figurer, vous devez prendre contact avec l’Agence de la biomédecine (tél. 0 800 20 22 24). Vous ne serez prélevé que le jour où un malade ayant les mêmes caractéristiques biologiques que vous aura besoin de votre moelle.
- Les dons de sang*.
En France, c’est l’Etablissement français du sang (EFS) qui gère les dons du sang (don de sang total, de plaquettes, de plasma et de sang placentaire). Les donneurs sont accueillis dans les 155 sites de l’EFS et plus de 40 000 collectes mobiles sont mises en place chaque année (tél. 0 810 150 150).

* Mis à part le don fait de son vivant à un proche, tous les dons sont anonymes. Ils sont par ailleurs gratuits et ne peuvent être rémunérés.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)