Comment devient-on donneur ?

, par  Delphine Delarue

- Le don d’organes post mortem*.
La seule chose à faire est d’en parler autour de soi. En France, seules les personnes qui ne souhaitent pas que leurs organes soient prélevés après leur mort doivent s’inscrire sur un registre des refus (téléchargeable sur Dondorganes.fr). Lorsqu’une personne décède, si toutes les conditions de prélèvement sont réunies, l’équipe médicale commence par consulter le fichier des refus. Si le défunt n’y figure pas, les médecins interrogent ses proches. Il n’y a pas de limite d’âge pour donner ses organes et la maladie ne constitue pas un obstacle a priori.
- Le don d’organes de son vivant*.
Le don du vivant concerne essentiellement l’un des deux reins et ne peut bénéficier qu’à un malade de son proche cercle familial. Le donneur peut être un parent, un frère, une sœur, un grand-parent, un oncle, une tante, un cousin germain, un époux ou toute personne vivant depuis au moins deux ans avec le malade. Avant l’opération, le candidat subit des examens médicaux destinés à vérifier son état de santé et sa compatibilité avec le receveur. Un comité d’experts s’assure ensuite qu’il est bien informé des risques et qu’il n’a pas été influencé.
- Le don de moelle osseuse*.
La greffe de moelle osseuse n’est possible qu’entre un malade et un donneur aux caractéristiques biologiques très proches. Quand la fratrie n’est pas compatible, l’équipe médicale consulte le fichier des donneurs bénévoles de moelle osseuse. Pour y figurer, vous devez prendre contact avec l’Agence de la biomédecine (tél. 0 800 20 22 24). Vous ne serez prélevé que le jour où un malade ayant les mêmes caractéristiques biologiques que vous aura besoin de votre moelle.
- Les dons de sang*.
En France, c’est l’Etablissement français du sang (EFS) qui gère les dons du sang (don de sang total, de plaquettes, de plasma et de sang placentaire). Les donneurs sont accueillis dans les 155 sites de l’EFS et plus de 40 000 collectes mobiles sont mises en place chaque année (tél. 0 810 150 150).

* Mis à part le don fait de son vivant à un proche, tous les dons sont anonymes. Ils sont par ailleurs gratuits et ne peuvent être rémunérés.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)