Comment devient-on donneur ?

, par  Delphine Delarue

- Le don d’organes post mortem*.
La seule chose à faire est d’en parler autour de soi. En France, seules les personnes qui ne souhaitent pas que leurs organes soient prélevés après leur mort doivent s’inscrire sur un registre des refus (téléchargeable sur Dondorganes.fr). Lorsqu’une personne décède, si toutes les conditions de prélèvement sont réunies, l’équipe médicale commence par consulter le fichier des refus. Si le défunt n’y figure pas, les médecins interrogent ses proches. Il n’y a pas de limite d’âge pour donner ses organes et la maladie ne constitue pas un obstacle a priori.
- Le don d’organes de son vivant*.
Le don du vivant concerne essentiellement l’un des deux reins et ne peut bénéficier qu’à un malade de son proche cercle familial. Le donneur peut être un parent, un frère, une sœur, un grand-parent, un oncle, une tante, un cousin germain, un époux ou toute personne vivant depuis au moins deux ans avec le malade. Avant l’opération, le candidat subit des examens médicaux destinés à vérifier son état de santé et sa compatibilité avec le receveur. Un comité d’experts s’assure ensuite qu’il est bien informé des risques et qu’il n’a pas été influencé.
- Le don de moelle osseuse*.
La greffe de moelle osseuse n’est possible qu’entre un malade et un donneur aux caractéristiques biologiques très proches. Quand la fratrie n’est pas compatible, l’équipe médicale consulte le fichier des donneurs bénévoles de moelle osseuse. Pour y figurer, vous devez prendre contact avec l’Agence de la biomédecine (tél. 0 800 20 22 24). Vous ne serez prélevé que le jour où un malade ayant les mêmes caractéristiques biologiques que vous aura besoin de votre moelle.
- Les dons de sang*.
En France, c’est l’Etablissement français du sang (EFS) qui gère les dons du sang (don de sang total, de plaquettes, de plasma et de sang placentaire). Les donneurs sont accueillis dans les 155 sites de l’EFS et plus de 40 000 collectes mobiles sont mises en place chaque année (tél. 0 810 150 150).

* Mis à part le don fait de son vivant à un proche, tous les dons sont anonymes. Ils sont par ailleurs gratuits et ne peuvent être rémunérés.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)