Cancer du col de l’utérus : une vaccination contre le papillomavirus dès 11 ans ?

, par  Enrique Moreira

La VIIe Semaine européenne de prévention du cancer du col de l’utérus, du 21 au 26 janvier 2013, est l’occasion de rappeler l’importance de se faire vacciner. Abondant dans ce sens, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) s’est prononcé en faveur de l’abaissement de l’âge minimum de vaccination contre le ppillomavirus humain (HPV) à 11 ans, alors qu’actuellement, en France, il faut avoir au moins 14 ans, contre 10 ans dans les principaux pays de l’Union européenne.

Environ 3 000 cas de cancer du col de l’utérus sont constatés chaque année en France, entraînant 1 000 décès. Ce chiffre n’est pas en augmentation pour le moment, mais ce qui inquiète les spécialistes, c’est le recul observé des vaccinations contre les papillomavirus humains (HPV) pouvant causer ce type de cancer. Deux souches de HPV (HPV 16 et HPV 18), celles contre lesquelles le vaccin agit particulièrement, seraient responsables à elles seules de 70 % des cas. Or, en un an, la couverture vaccinale contre cette infection est passée de 39,4 à 35,8 %.
Le coût de ce vaccin, qui nécessite trois doses facturées 120 euros chacune et remboursées à 65 % par l’Assurance maladie, explique en partie le manque de suivi. Par ailleurs, les spécialistes estiment que l’âge de la première vaccination joue un rôle important : à ce jour, elle ne peut pas se faire avant 14 ans, or certains parents peuvent avoir des difficultés à amener leur fille à se faire vacciner à cet âge.

Avant les premiers rapports sexuels

C’est la raison pour laquelle le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) s’est prononcé en faveur de l’abaissement de l’âge de la vaccination contre le HPV à 11 ans, à l’image de ce qui se fait en Allemagne, en Belgique et en Angleterre, où elle est pratiquée dès 10 ans.
« Il y a de nombreuses bonnes raisons de le faire », commente le HCSP. Outre le fait que les très jeunes filles seraient plus enclines à se faire vacciner, c’est aussi l’occasion d’agir avant les premiers rapports sexuels et d’éviter ainsi les premières lésions précancéreuses. Les scientifiques ont aussi remarqué qu’être vaccinée plus tôt permettait d’être mieux protégée. La réponse immunitaire des adolescentes entre 10 et 14 ans est en effet supérieure à celle obtenue chez les plus de 15 ans.

Ne pas oublier les frottis

Le tabagisme, la prise à long terme d’un contraceptif ou encore un système immunitaire défaillant sont également des facteurs favorisants du cancer de l’utérus. Les spécialistes insistent donc particulièrement sur la nécessité d’un suivi gynécologique. Certaines formes de cancer du col de l’utérus évoluant très lentement à partir de lésions précancéreuses qui peuvent être détectées, ils préconisent un dépistage régulier, par frottis, pour toutes les femmes de 25 à 65 ans, tous les trois ans, après deux frottis normaux à un an d’intervalle.

Sources
- « Cancer du col de l’utérus : faut-il vacciner les filles dès 11 ans ? », Terrafemina.com, 23 janvier 2013.
- « Cancer du col de l’utérus : un appel à la vaccination », Lyonne.fr, 23 janvier 2013.
- « Cancer du col de l’utérus : le Haut Conseil veut vacciner dès 11 ans », Nouvelobs.com, 21 janvier 2013.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

ARTICLES RÉCENTS