La CMUC étendue aux étudiants isolés en situation précaire

, par  Aude Malaret

La couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) pourra maintenant être demandée par les moins de 25 ans vivant sans l’aide de leurs parents, a annoncé Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. La mesure devrait bénéficier à 2 600 étudiants.

Un arrêté du ministère des Affaires sociales et de la Santé, publié le 3 juin au Journal officiel, étend aux étudiants isolés en situation précaire la possibilité de bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC), qui prend en charge la part des dépenses habituellement couverte par un organisme complémentaire, y compris à l’hôpital. Dans les faits, un bénéficiaire de la CMUC est intégralement remboursé de ses frais de santé. Pour des raisons administratives, les jeunes précaires ne pouvaient pas y prétendre : les moins de 25 ans sont normalement rattachés au foyer fiscal de leurs parents pour l’attribution de la CMUC. Grâce à cette nouvelle disposition, ils pourront désormais déposer une demande et en bénéficier indépendamment de la situation de leurs parents. Le texte répond ainsi à des situations d’isolement ou de rupture familiale.

2 600 bénéficiaires

« Améliorer la santé des jeunes et favoriser l’accès à la prévention et aux soins constituent l’une des treize priorités pour la jeunesse établies par le gouvernement lors du Comité interministériel de la jeunesse (CIJ) de février 2013 », a rappelé la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, dans un communiqué. Votée dans le cadre du projet de budget 2014 de la Sécurité sociale, cette mesure devrait profiter à 2 600 étudiants. Ceux qui bénéficient d’aides du Fonds national d’aide d’urgence (FNAU), attribuées au regard des difficultés financières qu’ils rencontrent, pourront obtenir la CMUC à titre individuel. Pour plus d’infos : rendez-vous sur Ameli.fr.

Source
- « Marisol Touraine étend la CMUC aux étudiants isolés en situation précaire », communiqué du ministère des Affaires sociales et de la Santé, 3 juin 2014.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS