Bronchiolite : vers un ralentissement de l’épidémie

, par  Mathilde Leroy

Selon l’Institut de veille sanitaire, le pic épidémique de bronchiolite aurait été franchi la semaine dernière. La situation devrait bientôt s’améliorer dans les urgences des hôpitaux, prises d’assaut par des parents paniqués.

La situation devrait bientôt s’améliorer dans les urgences de nombreux hôpitaux débordés par l’épidémie de bronchiolite qui sévit actuellement. D’après les dernières informations de l’Institut de veille sanitaire (INVS), le pic épidémique aurait été franchi la semaine dernière et le nombre de recours aux urgences pour les bébés de moins de 2 ans aurait déjà commencé à baisser depuis quelques jours. Chaque hiver, cette maladie respiratoire virale du jeune enfant touche 30 % des nourrissons, soit environ 460 000 cas recensés annuellement. Ses symptômes, parfois impressionnants, de toux sèche, de fièvre et de difficulté respiratoire conduisent souvent les parents à se rendre directement aux urgences, d’autant que la bronchiolite touche surtout les nourrissons de moins de 6 mois (51,6 % des cas depuis septembre 2011).

Un virus très contagieux

Dans la très grande majorité des cas, cependant, l’infection évolue de manière favorable, spontanément ou grâce à des séances de kinésithérapie respiratoire prescrites par le médecin traitant, sans nécessiter d’hospitalisation. « Il est donc très important de rappeler que les parents doivent en priorité, lorsque cela est possible, consulter un médecin de ville avant de se rendre à l’hôpital », indique l’INVS. Le virus, très contagieux, se transmet par la salive, les éternuements, la toux, les mains et le matériel souillé par une personne enrhumée. Un simple refroidissement chez l’enfant ou l’adulte peut être à l’origine d’une bronchiolite chez le nourrisson, d’où l’importance de se laver fréquemment les mains, d’aérer régulièrement la chambre, d’éviter les contacts avec les personnes enrhumées et les lieux enfumés ou encore de nettoyer régulièrement les objets avec lesquels le bébé est en contact.

Sources
- Communiqué « Situation épidémiologique de la bronchiolite en France métropolitaine », Institut de veille sanitaire, 6 décembre 2011.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS