Bientôt un test sanguin pour dépister le cancer du côlon ?

, par  Enrique Moreira

Le laboratoire allemand Epigenomics vient de mettre au point le test Septine 9, qui permet grâce à une simple prise de sang de dépister le cancer colorectal, deuxième cancer le plus meurtrier en France à ce jour. Si ce test est d’ores et déjà commercialisé, après avoir obtenu de bons résultats lors d’essais en laboratoire, il doit encore être évalué à plus grande échelle.

Le cancer du côlon est responsable, en France, de 17 000 morts par an, et 41 500 cas sont diagnostiqués chaque année, ce qui fait de lui le deuxième cancer le plus meurtrier du pays, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. La plupart des décès résultent d’un diagnostic beaucoup trop tardif de la maladie. Malgré un programme national qui invite tous les deux ans les personnes ayant entre 50 et 74 ans à venir gratuitement se faire dépister, les Français sont encore très réticents à le faire.

Une méthode moins contraignante

Pourquoi ? Pour plusieurs raisons, souvent erronées ou alors incommodantes, comme le montre une vidéo du site E-cancer.fr, qui combat les idées reçues concernant le test Hemoccult. D’abord parce que celui-ci fait appel à une partie du corps, le côlon, pour laquelle certaines personnes peuvent être pudiques. Or le test se réalise seul, chez soi. Ensuite, nombreux sont ceux pensant qu’il coûte cher, alors qu’il est gratuit. Enfin, recueillir ses selles, puis les envoyer n’est pas forcément un acte agréable à réaliser. C’est là que Septine 9 peut jouer un rôle important. Il permettrait, en effet, avec une simple prise de sang de détecter la présence éventuelle de traces de cancer colorectal. De plus, il est aussi fiable, voire plus que le test de recherche de sang dans les selles pratiqué aujourd’hui. « Septine 9 a un taux de fiabilité qui va de 70 à 80 % en moyenne. Le programme national utilise un test [Hemoccult] dit de "génération 1", dont la fiabilité se situe autour de 50 % », constate le docteur Jérôme Viguier, gastro-entérologue chargé des dépistages auprès de l’Institut national du cancer (INCa). « Mais le réel avantage du test sanguin, c’est qu’il s’agit d’une méthode moins contraignante qui rebuterait moins les populations à risque », précise-t-il. Un avantage non négligeable, puisqu’il est important de prendre en charge les cas de cancer le plus tôt possible.

Dix fois plus cher

Il faut néanmoins relativiser cette avancée. Le test coûte, en effet, « presque dix fois plus cher que celui utilisé actuellement », tempère le docteur Viguier. A cela s’ajoute qu’il n’a pas encore été expérimenté à grande échelle. Jusqu’à présent, Septine 9 a eu de bons résultats lors d’essais en laboratoire sur des personnes déjà atteintes ; reste désormais à montrer qu’il est toujours aussi fiable sur une grande population. Une vérification du test sera ainsi réalisée dans les mois à venir, avant de pouvoir l’utiliser de manière systématique. Ce qui n’empêche pas Septine 9 d’être commercialisé.
En attendant, « le programme national de dépistage du cancer colorectal va se doter d’une nouvelle technique tout aussi performante que Septine 9 », explique Jérôme Viguier. Il s’agit toujours d’une recherche de sang dans les selles, mais avec, cette fois, un test dit de deuxième génération fiable à 80 %.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS