Besoin de sang neuf

, par  Julien Jeffredo

A l’occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang, le 14 juin 2012, l’Etablissement français du sang (EFS) sensibilise le public aux besoins toujours croissant en produits sanguins. Pour répondre durablement à cette demande, l’EFS cherche à rajeunir l’âge moyen de ses donneurs et surtout à fidéliser ces derniers.

Chaque année, plus d’un million de Français sont soignés grâce au don de sang. Mais pour y parvenir, 10 000 dons sont nécessaires chaque jour. Et la tendance est celle d’une augmentation continue des besoins. Entre avril 2011 et avril 2012, la demande était en hausse de 4 %. En dix ans, entre 2001 et 2011, elle s’est accrue de 26 %.

Pour l’heure, l’Etablissement français du sang (EFS) parvient à faire face, notamment grâce aux 365 593 nouveaux donneurs qui se sont rendus dans ses centres, l’an dernier (c’est 8,6 % de plus qu’en 2010).

Recherche jeunes donneurs

Mais l’enjeu du don court sur le long terme. Tout d’abord, il faut rajeunir l’âge moyen des donneurs, afin de pérenniser les dons. Les 40-65 ans sont les plus actifs, avec 54 % des dons, contre seulement 43 % chez les 18-39 ans.

Pourtant, les efforts de l’EFS pour recruter de jeunes donneurs semblent porter leurs fruits. En 2011, 6 % des 18-19 ans se sont présentés pour offrir leur sang, alors que dans le reste de la population en âge de donner, cette proportion n’est que de 4 %.

Fidéliser

L’autre défi pour l’EFS est de fidéliser les donneurs. Il faut rappeler que le sang ne peut pas être conservé très longtemps : 42 jours pour les globules rouges et 5 jours seulement pour les plaquettes. Il est donc impératif de pouvoir compter sur des donneurs réguliers pour maintenir l’état des stocks. Ce sont les femmes de 20 à 24 ans qui sont les plus nombreuses à se rendre dans les centres de prélèvement. L’EFS cherche à recruter davantage de jeunes hommes, car ils peuvent donner jusqu’à six fois par an, contre quatre pour les femmes.

Source
- « Plus que jamais, l’EFS compte sur la générosité des Français », dossier de presse de l’Etablissement français du sang, juin 2012.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS