BPCO : une campagne pour mieux respirer

, par  Delphine Delarue

Le Comité national contre les maladies respiratoires (CNMR) vient de lancer une campagne de sensibilisation contre la BPCO, une affection irréversible essentiellement due au tabac qui concerne 3,5 millions de personnes en France.

« L’air de rien, le souffle c’est la vie » : tel est le titre évocateur de la campagne de sensibilisation lancée le 16 novembre par le Comité national contre les maladies respiratoires (CNMR) à l’occasion de la Xe Journée mondiale contre la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette maladie respiratoire évolutive et irréversible, essentiellement due au tabac et encore peu connue du grand public, touche plus de 3,5 millions de personnes en France et provoque 16 000 décès chaque année. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle deviendra la quatrième cause de mortalité dans le monde en 2030, après l’infarctus, les accidents vasculaires cérébraux, les infections respiratoires communautaires et la tuberculose.
La campagne du CNMR, qui renvoie au site d’information www.lesouffle.org et comprend une affiche et des brochures d’information diffusées dans les cabinets médicaux et les pharmacies, insiste sur le caractère handicapant et sournois de la BPCO. En limitant progressivement la capacité respiratoire des patients, elle induit souvent de la fatigue, un sommeil perturbé et une intolérance à l’effort physique qui peuvent influer sur la vie sociale et professionnelle.

Une maladie difficilement repérable

Asymptomatique dans un premier temps, la maladie est difficilement repérable et lorsque les premiers symptômes apparaissent (toux, expectorations fréquentes, bronchites chroniques et essoufflement) le stade est souvent déjà bien avancé. Seul le diagnostic précoce et un traitement adapté, comprenant notamment une réhabilitation respiratoire et un réentraînement à l’exercice physique, permettent de minimiser le retentissement sur le quotidien et d’enrayer l’apparition de handicaps plus graves - des handicaps qui peuvent aller jusqu’à nécessiter une oxygénothérapie permanente au long cours.
Dans le même esprit et toujours dans le cadre de la journée mondiale, le CNMR, l’Association BPCO, la Fédération française de pneumologie et la Société pneumologie de langue française ont signé un appel lancé par des pneumologues, qui demande notamment aux pouvoirs publics d’améliorer la prise en charge de cette maladie, de renforcer le dépistage et d’accentuer la lutte contre le tabagisme.

Sources
- Dossier de presse « Gagner contre la BPCO, c’est possible ! », Comité contre les maladies respiratoires, 16 novembre 2011.
- Communiqué « La nouvelle campagne contre la BPCO confirme que, l’air de rien, le souffle c’est la vie », Comité contre les maladies respiratoires, 16 novembre 2011.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS