Augmentation des tarifs des complémentaires : risque de démutualisation

, par  Enrique Moreira

Un sondage Opinion Way, pour la société de conseil Optimind, révèle que « 90 % des assureurs tablent sur une augmentation globale de 4 %, sur l’année 2012 », des tarifs des contrats des complémentaires santé.

Depuis décembre 2011, la Mutualité française annonce, et ce à de nombreuses reprises, que les tarifs des contrats des complémentaires santé vont augmenter. Les chiffres communiqués par Opinion Way, pour la société de conseil Optimind, corroborent cette prévision : « 90 % des assureurs tablent sur une augmentation globale de 4 % ». En cause, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012. Voté par le Parlement à l’automne 2011, il a pour mesure principale la hausse de 3,5 à 7 % de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), qui s’appliquera aux contrats solidaires et responsables proposés par les mutuelles.
D’autres mesures, comme l’impôt sur les sociétés, auquel les mutuelles sont désormais soumises, ou l’obligation, pour elles encore, de prendre en charge les dépassements d’honoraires du nouveau secteur optionnel font que la santé coûtera désormais plus cher.

Quelles conséquences pour les adhérents ?

La deuxième partie de l’enquête montre que les adhérents qui ont souscrit à une complémentaire santé n’ont pas des ressources illimitées à y consacrer : 58 % d’entre eux estiment ne pas pouvoir dépenser plus de 600 euros par an.
Les mutuelles et les assureurs craignent que cette augmentation des tarifs n’ait pour conséquence une démutualisation importante ou un abaissement des garanties souscrites. Ainsi, 26 % d’entre eux sont prêts à réorienter le contenu de leurs contrats vers des garanties de base (au détriment de garanties plus importantes comme celles concernant le dentaire et l’optique).
Les mutuelles, de leur côté, font pression sur le gouvernement pour qu’il taxe moins les contrats solidaires que les autres. C’était d’ailleurs l’une des promesses de François Hollande lors de sa campagne électorale.

Source
- « La complémentaire santé individuelle », Enquête santé 2012, Opinion Way pour Optimind, juin 2012.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS