Augmentation des tarifs des complémentaires : risque de démutualisation

, par  Enrique Moreira

Un sondage Opinion Way, pour la société de conseil Optimind, révèle que « 90 % des assureurs tablent sur une augmentation globale de 4 %, sur l’année 2012 », des tarifs des contrats des complémentaires santé.

Depuis décembre 2011, la Mutualité française annonce, et ce à de nombreuses reprises, que les tarifs des contrats des complémentaires santé vont augmenter. Les chiffres communiqués par Opinion Way, pour la société de conseil Optimind, corroborent cette prévision : « 90 % des assureurs tablent sur une augmentation globale de 4 % ». En cause, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012. Voté par le Parlement à l’automne 2011, il a pour mesure principale la hausse de 3,5 à 7 % de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), qui s’appliquera aux contrats solidaires et responsables proposés par les mutuelles.
D’autres mesures, comme l’impôt sur les sociétés, auquel les mutuelles sont désormais soumises, ou l’obligation, pour elles encore, de prendre en charge les dépassements d’honoraires du nouveau secteur optionnel font que la santé coûtera désormais plus cher.

Quelles conséquences pour les adhérents ?

La deuxième partie de l’enquête montre que les adhérents qui ont souscrit à une complémentaire santé n’ont pas des ressources illimitées à y consacrer : 58 % d’entre eux estiment ne pas pouvoir dépenser plus de 600 euros par an.
Les mutuelles et les assureurs craignent que cette augmentation des tarifs n’ait pour conséquence une démutualisation importante ou un abaissement des garanties souscrites. Ainsi, 26 % d’entre eux sont prêts à réorienter le contenu de leurs contrats vers des garanties de base (au détriment de garanties plus importantes comme celles concernant le dentaire et l’optique).
Les mutuelles, de leur côté, font pression sur le gouvernement pour qu’il taxe moins les contrats solidaires que les autres. C’était d’ailleurs l’une des promesses de François Hollande lors de sa campagne électorale.

Source
- « La complémentaire santé individuelle », Enquête santé 2012, Opinion Way pour Optimind, juin 2012.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)