Augmentation des tarifs des complémentaires : risque de démutualisation

, par  Enrique Moreira

Un sondage Opinion Way, pour la société de conseil Optimind, révèle que « 90 % des assureurs tablent sur une augmentation globale de 4 %, sur l’année 2012 », des tarifs des contrats des complémentaires santé.

Depuis décembre 2011, la Mutualité française annonce, et ce à de nombreuses reprises, que les tarifs des contrats des complémentaires santé vont augmenter. Les chiffres communiqués par Opinion Way, pour la société de conseil Optimind, corroborent cette prévision : « 90 % des assureurs tablent sur une augmentation globale de 4 % ». En cause, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012. Voté par le Parlement à l’automne 2011, il a pour mesure principale la hausse de 3,5 à 7 % de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), qui s’appliquera aux contrats solidaires et responsables proposés par les mutuelles.
D’autres mesures, comme l’impôt sur les sociétés, auquel les mutuelles sont désormais soumises, ou l’obligation, pour elles encore, de prendre en charge les dépassements d’honoraires du nouveau secteur optionnel font que la santé coûtera désormais plus cher.

Quelles conséquences pour les adhérents ?

La deuxième partie de l’enquête montre que les adhérents qui ont souscrit à une complémentaire santé n’ont pas des ressources illimitées à y consacrer : 58 % d’entre eux estiment ne pas pouvoir dépenser plus de 600 euros par an.
Les mutuelles et les assureurs craignent que cette augmentation des tarifs n’ait pour conséquence une démutualisation importante ou un abaissement des garanties souscrites. Ainsi, 26 % d’entre eux sont prêts à réorienter le contenu de leurs contrats vers des garanties de base (au détriment de garanties plus importantes comme celles concernant le dentaire et l’optique).
Les mutuelles, de leur côté, font pression sur le gouvernement pour qu’il taxe moins les contrats solidaires que les autres. C’était d’ailleurs l’une des promesses de François Hollande lors de sa campagne électorale.

Source
- « La complémentaire santé individuelle », Enquête santé 2012, Opinion Way pour Optimind, juin 2012.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS