Allergies alimentaires : la fin des régimes stricts

, par  Delphine Delarue

En France, les allergies alimentaires touchent deux millions de personnes et concernent 6 à 8 ?% des enfants. Essentiellement dues à l’œuf, à l’arachide, au lait de vache ou aux crustacés, elles se manifestent généralement par des signes cutanés (eczéma), digestifs (vomissements) ou touchant l’ensemble du corps (œdème de Quincke). Jusqu’à présent, après le diagnostic, on préconisait un régime très strict excluant totalement l’aliment allergène. « Désormais, on ne conseille plus l’éviction totale, expliquait récemment le professeur Wallaert, chef du service de pneumologie et immuno-allergologie du CHU de Lille, lors du Ve Congrès francophone d’allergologie. D’abord parce que c’est très difficile à appliquer, ensuite parce que cela aggrave l’allergie et rend les introductions accidentelles très dangereuses. » Les patients sont donc encouragés par un nombre grandissant d’allergologues à consommer une quantité minimale tolérée, définie préalablement par des tests en milieu hospitalier.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)