Feu vert de l’ANSM pour l’utilisation du baclofène dans le traitement de l’acoolodépendance

, par  Delphine Delarue

L’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) a donné vendredi 14 mars son feu vert à l’utilisation du baclofène pour traiter l’alcoolisme. Très attendue par les spécialistes et les patients alcoolodépendants, cette recommandation temporaire d’utilisation (RTU) autorise officiellement les médecins à prescrire le relaxant musculaire en dehors de son autorisation de mise sur le marché (AMM) initiale. Désormais, et pendant trois ans, le baclofène pourra être prescrit par un généraliste, après échec des autres traitements disponibles, pour aider au maintien de l’abstinence après un sevrage ou pour réduire la consommation jusqu’à un niveau acceptable chez les patients à hauts risques. La posologie devra être progressive et ne jamais dépasser les 300 mg par jour. Une fois l’objectif atteint, « une diminution des doses doit être envisagée et régulièrement réévaluée, chaque patient devant bénéficier de la posologie minimale efficace adaptée », indique l’ANSM. Cette RTU a été accordée dans l’attente des résultats définitifs de deux études cliniques en cours et au regard des données actuellement disponibles, dont la lecture traduit un rapport bénéfice-risque favorable.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)