Feu vert de l’ANSM pour l’utilisation du baclofène dans le traitement de l’acoolodépendance

, par  Delphine Delarue

L’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) a donné vendredi 14 mars son feu vert à l’utilisation du baclofène pour traiter l’alcoolisme. Très attendue par les spécialistes et les patients alcoolodépendants, cette recommandation temporaire d’utilisation (RTU) autorise officiellement les médecins à prescrire le relaxant musculaire en dehors de son autorisation de mise sur le marché (AMM) initiale. Désormais, et pendant trois ans, le baclofène pourra être prescrit par un généraliste, après échec des autres traitements disponibles, pour aider au maintien de l’abstinence après un sevrage ou pour réduire la consommation jusqu’à un niveau acceptable chez les patients à hauts risques. La posologie devra être progressive et ne jamais dépasser les 300 mg par jour. Une fois l’objectif atteint, « une diminution des doses doit être envisagée et régulièrement réévaluée, chaque patient devant bénéficier de la posologie minimale efficace adaptée », indique l’ANSM. Cette RTU a été accordée dans l’attente des résultats définitifs de deux études cliniques en cours et au regard des données actuellement disponibles, dont la lecture traduit un rapport bénéfice-risque favorable.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS