Feu vert de l’ANSM pour l’utilisation du baclofène dans le traitement de l’acoolodépendance

, par  Delphine Delarue

L’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) a donné vendredi 14 mars son feu vert à l’utilisation du baclofène pour traiter l’alcoolisme. Très attendue par les spécialistes et les patients alcoolodépendants, cette recommandation temporaire d’utilisation (RTU) autorise officiellement les médecins à prescrire le relaxant musculaire en dehors de son autorisation de mise sur le marché (AMM) initiale. Désormais, et pendant trois ans, le baclofène pourra être prescrit par un généraliste, après échec des autres traitements disponibles, pour aider au maintien de l’abstinence après un sevrage ou pour réduire la consommation jusqu’à un niveau acceptable chez les patients à hauts risques. La posologie devra être progressive et ne jamais dépasser les 300 mg par jour. Une fois l’objectif atteint, « une diminution des doses doit être envisagée et régulièrement réévaluée, chaque patient devant bénéficier de la posologie minimale efficace adaptée », indique l’ANSM. Cette RTU a été accordée dans l’attente des résultats définitifs de deux études cliniques en cours et au regard des données actuellement disponibles, dont la lecture traduit un rapport bénéfice-risque favorable.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS