ACS : 90 000 bénéficiaires de plus en 2011

, par  Julien Jeffredo

L’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS), plus communément appelée « chèque santé », permet aux personnes à faibles revenus de souscrire à une mutuelle. Les critères d’éligibilité ont été élargis ces dernières années et les bénéficiaires sont donc de plus en plus nombreux. En 2011, ils étaient près de 735 000.

Elle reste méconnue, y compris auprès de ceux qui pourraient pourtant en bénéficier. L’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) permet une déduction sur la cotisation auprès d’une complémentaire, sous la forme d’une attestation-chèque (d’où son surnom de « chèque santé »). Elle évite également à son bénéficiaire de devoir avancer des frais médicaux. Le dispositif est destiné aux personnes dont les revenus sont bas, mais qui ne sont pas éligibles à la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC). Par exemple, une personne seule vivant en métropole pourra se voir accorder cette aide si ses revenus sont compris entre 648 et 874 euros par mois.

Un plafond d’attribution relevé de 35 % pour 2012

D’année en année, les bénéficiaires de l’ACS sont de plus en plus nombreux. Sur les dix premiers mois de 2011, leur nombre est passé de 644 000 à près de 735 000, soit une augmentation de 19,5 %, principalement parce que le plafond d’attribution a été relevé à 26 % au-dessus de celui la CMU complémentaire. Et ils devraient être davantage encore en 2012, car ce plafond a récemment été majoré à 35 %.
Cette aide s’avère très utile, puisqu’une fois qu’elle leur est délivrée, 85 % des bénéficiaires en font usage, presque la totalité si l’on tient compte du délai nécessaire à la souscription d’une complémentaire. Sur cette dernière, ils économisent en moyenne 268 euros par an.
En 2012, l’ACS devrait coûter 28 millions d’euros à l’Etat. Un budget qui pourrait atteindre le double lorsque le dispositif aura atteint son rythme de croisière.

Pour en savoir plus sur les conditions d’attribution de l’aide à la complémentaire santé, consulter Ameli.fr, rubrique « Assurés », puis « Soins et remboursements ».

 

Sources
- Références CMU, la lettre du fonds de financement de la couverture maladie universelle, n° 46, janvier 2012.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS