200 millions d’euros pour mieux rembourser les soins dentaires

, par  Delphine Delarue

Dans le cadre des négociations conventionnelles ouvertes la semaine dernière avec les syndicats de chirurgiens-dentistes, la ministre de la Santé souhaite lancer un vaste plan national pour améliorer l’accès de la population aux soins bucco-dentaires.

« Les dentistes, c’est trop cher », a reconnu Marisol Touraine sur France 3 le dimanche 25 septembre. Invitée de l’émission Dimanche politique, la ministre de la Santé a annoncé qu’elle consacrerait l’an prochain 200 millions d’euros à un meilleur remboursement des soins dentaires. Des soins devenus particulièrement préoccupants pour une grande partie de la population : actuellement, « près d’un patient sur cinq » y renonce pour « raisons financières », indique la Cour des comptes dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale publié récemment. Il faut dire que les soins bucco-dentaires (qui représentent plus de 10 milliards d’euros en 2015) ne sont plus remboursés par l’Assurance maladie qu’à hauteur de 33 %, contre 36 % en 2006. Une fois les remboursements de la Sécu et des mutuelles déduits (39 %), plus de 2 milliards d’euros sortiraient ainsi directement de la poche des patients. Résultat : « Les Français consultent peu et trop tard leur chirurgien-dentiste », constate le rapport, et leur état de santé dentaire « apparaît d’ailleurs médiocre par rapport à la moyenne européenne ».

Prix maximum pour les prothèses

Une situation alarmante, à laquelle Marisol Touraine semble vouloir s’attaquer. Dans le détail, la ministre souhaite améliorer le remboursement des soins conservateurs (détartrage, traitement d’une carie, dévitalisation d’une dent) et mettre en place « un système dans lequel il y aura un prix maximum pour les prothèses ». Actuellement, selon le rapport de la Cour des comptes, pour une prothèse qui revient à 115 euros, un chirurgien-dentiste facture en moyenne 686 euros en province et jusqu’à 1 090 euros à Paris. Ouvertes la semaine dernière, les négociations conventionnelles entre l’Assurance maladie, les complémentaires santé et les syndicats de chirurgiens-dentistes qui doivent fixer les prix pour les cinq prochaines années sont donc l’occasion, pour la ministre, de lancer son « plan national pour renforcer l’accessibilité des soins dentaires ». Cela fait longtemps que les dentistes réclament une revalorisation importante des soins de base, dont les remboursements, particulièrement faibles, expliqueraient en partie l’envolée des dépassements d’honoraires. Les négociations conventionnelles devraient également se pencher sur la prévention et sur la répartition inégale de ces professionnels sur le territoire.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)