2 questions à Etienne Caniard, président de la Fondation de l’avenir et membre du collège de la Haute Autorité de santé (HAS)

, par  Suzanne Kestenberg

La médecine prédictive et les progrès thérapeutiques vont engendrer des dépenses importantes. L’accès à ces nouvelles interventions sera–t-il possible pour tous ?
Avant de se poser la question du coût du progrès médical, il est urgent de réfléchir aux conséquences de ces progrès sur notre représentation de la médecine. Le modèle qui associait une maladie à une cause et à un traitement est derrière nous. L’accès au séquençage du génome humain, l’apparition de nouveaux marqueurs vont permettre de disposer de nombreuses informations qui n’entraîneront pas forcément de prise en charge. Comment saurons-nous gérer cette nouvelle demande ? Le débat existe déjà autour du dépistage du cancer de la prostate. Si nous dépistons systématiquement, saurons-nous faire comprendre que, face à de petites lésions, il vaut mieux parfois surveiller sans intervenir ou ne risque-t-on pas au contraire de « surtraiter », avec des effets secondaires importants et sans bénéfice évident en termes de mortalité ? L’un des effets du progrès médical est de vivre plus vieux, mais souvent avec des maladies chroniques. Cela signifie qu’il faut accepter que l’objectif de la prise en charge ne soit pas forcément la guérison, mais l’accompagnement, l’apprentissage de la vie avec un certain nombre de handicaps.

Nous avons un peu évolué en matière de prévention, depuis que nous y sommes encouragés par des campagnes de santé publique : arrêter de fumer, manger moins salé et moins sucré, bouger plus, etc.
Nous sommes passés d’une logique de prévention assez limitée à la chasse aux risques tous azimuts. Nous avons donc multiplié le nombre de conduites à risque à prévenir. Nous avons atteint aujourd’hui une limite en ce domaine, dans la mesure où la prévention s’assimile à la nécessité de modifier nos comportements individuels. Du coup, la maladie est de moins en moins perçue comme une fatalité, mais comme la seule conséquence de nos comportements. Attention, cela pourrait faire glisser notre mode de prise en charge. La notion de solidarité qui s’imposait quand la maladie était considérée comme une fatalité ne va-t-elle pas être remplacée par la seule responsabilisation individuelle ?

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.